08 septembre 2009

Ile de Poros, Grèce, Summercamp juin 2009

Edition 2009 du Summercamp d'été en Grèce

Kalos Orises !

DSCN0990

Il n’y a pas que les abdos et les fessiers dans la vie, il y a aussi le summercamp greco-hellénique d’été.
Le summer-greco-camp c’est 50% de douleur terrestre, 50% de souffrance aquatique et 45° de chaleur humaine.


Un séjour d’entraînement intensif pour Mathilde et Stéphanie !

IMG_0974

Samedi 20 juin 2009 – Arrivée à Glyfada

Ca commence à Glyfada, station balnéaire à 30 mn d’Athènes où l’on retrouve notre Centaure, le Maître grec, 6e Dan, Nikos Zouraris, fidèle à lui-même : la démarche imposante, le sourire carnassier, la sérénité accueillante avant les fureurs de l’action.
L’hospitalité généreuse des Grecs est, comme à chaque fois, l’occasion d’une première immersion dans le monde de la Beauté, qualité initiatrice par excellence, qui associe à la volonté de l’effort, le désir d’harmonie. Nous profitons donc, dès l’arrivée, d’un horizon maritime métamorphosé au fil de la journée, installées paisiblement sur les terrasses des cafés de bord de mer. Le soir, le Maître nous expose le programme de la semaine devant quelques poulpes grillés et autres medze délicieux, jusque-là tout-va-bien !
Puis, le soleil se coucha, le crépuscule vint.

IMG_0611

Dimanche 21 juin – Départ pour Poros

Le dimanche matin, nous embarquons pour l’île de Poros, proche des côtes du Péloponnèse, dans le golf Saronique, où a lieu le summercamp. Avec nous sur le bateau un bon groupe d’enfants prêts à toutes les acrobaties, leurs joyeux fêtards de parents et d’autres pratiquants grecs venus des quatre coins du pays (notamment de Syros et Corfou).
Le soir même de l’arrivée à l’hôtel, nous nous retrouvons tous pour le discours inaugural et une mise en jambes.

DSC02973


Réveil lundi 6 h dans la chambre 420, balcon de gauche –

Avant de retrouver le reste du groupe sur la plage d’en face, nous mettons en route notre organisme en commençant par les exercices respiratoires (
Moo Pahl Dang Khum) sur le balcon, face à la mer, les yeux un peu gonflés mais pleines de détermination!

IMG_0853

Après les usages protocolaires, nous débutons en douceur par un moment de méditation, assis en tailleur sur le sable, au rythme du lever du soleil, pendant lequel nous nous efforçons de faire coïncider l’esprit et le corps. Nous essayons de ne plus entendre le bruit des véhicules derrière nous, des commerçants qui balaient, des chiens qui grognent, des guêpes qui commencent leur cinéma, et même des vagues qui nous emmènent trop loin.
Ce n’est déjà pas si simple, en rupture avec l’environnement habituel nous manquons de repères et de sommeil…Toutefois, au bout d’un moment, la respiration s’abaisse et le souffle se fait plus ample. Le Maître frappe dans ses mains, on ouvre lentement les yeux, c’est parti !
L’échauffement ne ménage pas nos plantes de pied, douloureusement écrasées sur les galets de bout de plage jusqu’où nous courons. Mais « lorsque l’eau du torrent fait rouler les galets c’est grâce à son impétuosité », alors qu’importe les galets !
Nous avons d’ailleurs toute l’occasion d’obtenir une bonne connaissance du terrain grâce à la prédilection de Maître Zouraris pour les exercices « militaires » : ramper dans le sable jusque dans l’eau puis recommencer une fois le dobok mouillé, se servir de sa ceinture pour tracter son camarade, lutter dans l’eau…
Nous sentons déjà venir les courbatures, nous nous adaptons.

DSC02792DSCN0051


Vers 7h30 : entraînement technique. Révisions et approfondissement des techniques de base.
Au fur et à mesure, le soleil se lève et les lèvres se dessèchent. C’est à ce moment-là qu’il nous faut recourir au courage et à l’endurance…
L’écart des coups de pied n’est plus le même, l’ouverture devient plus exigeante, la vrille du corps plus extensible et il faut tenir ! Le Maître ne compte jamais, au bout d’un moment, l’entraînement personnel se fait
« no stop » , la tête se vide enfin pour laisser œuvrer la seule discipline en train de façonner le corps.




Une chaleur de plomb gagne bientôt toute la plage, nous avons quartier libre jusqu’à 18h. Le soir nous mettons en place des équipes de travail pour organiser une démonstration en fin de séjour.

Le lendemain, non rassasiées de l’entraînement matinal où nous avons travaillé en détail les formes, nous demandons au Maître un bonus dans l’après-midi. A l’heure de la sieste, il nous emmène sur le parking de l’hôtel pour améliorer nos coups de pied et nous apprendre quelques techniques de compétition. L’heure est intensive mais nous testons notre précision et notre rapidité, ces deux facteurs essentiels de l’art de la guerre. Nous rentrons en nage à l’hôtel, et l’entraînement du soir approche…

IMG_0817

Dans le programme, est inclus le maniement des armes : couteau, katana et… le tir à l’arc.

Mathilde se révèle être une redoutable Artémis !

DSC02995DSC02859

Le jeudi, nous faisons une expérience particulière.
Levés à 5h du matin, nous allons méditer sur la plage. Nous nous installons en tailleur, la mer d’un côté, la montagne de l’autre. Aucun autre bruit que le ressac dans la pénombre de l’aube. Quand nous ouvrons les yeux, quelques gouttes se mettent à tomber mais de ces gouttes légères et rares des pays chauds, nous sommes dans une quiétude inhabituelle. La mère d’un pratiquant vient même nous apporter le café grec sur un grand plateau. Au-dessus de nos têtes et de la mer un arc-en-ciel s’est formé à l’approche de la lumière du soleil.
Très vite, nous sommes prêts pour la lutte, d’abord librement dans le sable puis techniquement, les pieds dans l’eau.

Vendredi - Petite plage entre amis...

Après l'effort, toujours le réconfort de la table ! Yamas!

IMG_0915


Le samedi, c’est le jour de la démonstration –

D'abord, le salut...

DSC03075DSC03077

Et c'est à nous de jouer ...

DSC03111DSC03112

Maintenant on peut regarder tranquillement les autres ...

IMG_1009_2IMG_1012
Lefteri (4è dan) et Cristo (3è dan)

Et viennent les récompenses...
Maître Zouraris nous a remerciées chaleureusement pour notre participation et, à notre tour, nous lui avons manifesté toute notre gratitude pour son enseignement et son accueil.

DSCN1064

Sur le diplôme remis, le serment du grand stratège Alexandre le Grand :

« Je vous souhaite, maintenant que les guerres approchent à leur fin, d’être heureux dans la paix. Que tous les mortels vivent dorénavant comme un seul peuple, oeuvrant en bonne entente pour le progrès commun. Que le monde entier, où le gouvernement sera confié aux meilleurs, sans considération de race, géré par des lois communes, soit votre patrie. Je ne distingue pas les hommes à la manière de certains esprits étriqués, en Grecs et barbares. L’origine des citoyens, la race de leur naissance, ne m’intéresse pas ; mon unique critère de classement est la vertu. Pour moi, tout bon étranger est Grec et tout mauvais Grec est pire qu’un barbare. Si jamais des divergences surgissaient entre vous, vous n’aurez pas recours aux armes mais vous chercherez des solutions pacifiques. Au besoin, je vous servirai d’arbitre. Vous ne devez pas considérer Dieu en tant que seigneur autoritaire, mais comme votre père à tous, de sorte que votre conduite soit semblable à celle des frères au sein d’une même famille. Pour moi, vous êtes tous égaux, que vous soyez blancs ou pas ; je voudrais que vous soyez des associés et partenaires plutôt que des simples sujets de mon Etat Communautaire. De mon côté, je m’efforcerai de réaliser tout cela autant qu’il me sera possible. Le serment que nous avons prêté ce soir, avec des libations, gardez-le en vous comme un symbole d’amour ».

Discours tenu au banquet donné à Opis d'Assyrie en 324 av. J.C. en présence des officiers de toutes les races.

D’après Plutarque, Œuvres Morales, Livre VI.

DSC03025






Posté par rren01 à 14:07 - Permalien [#]