13 mars 2009

Stage de Maître ZOURARIS

Samedi 17 et dimanche 18 janvier 2009

L’association Soo Bahk Do France aime la Grèce et elle le lui rend bien. En janvier dernier nous avons reçu la visite de notre Maître d’élection, Nikos Zouraris, accompagné d’une de ses élèves Cho Dan, Mélina, pour un stage intensif de deux jours pendant lesquels, à son habitude, il nous a régalés en techniques nouvelles, améliorées, ou tout simplement d’une efficacité remarquable.

NikosCit_














Nikos, la voie de la Victoire

Samedi 9h – Paris Ve

Un contretemps nous a menés tôt le matin vers un autre Dojang que celui prévu. Nous pérégrinons joyeusement tous ensemble à travers Paris vers le lieu de notre premier entraînement comme si le chemin nous préparait déjà à nous filer dans l’aiguille du Maître.


Nous commençons par l’attitude guerrière. Maître Zouraris ne concède jamais sur les rudiments de cette voie - qui, comme on le sait, est à l’origine "la voie de la mort" (dixit Musashi) -, à savoir de maintenir l’harmonie du corps et de l’esprit sous la pression de l’urgence. Nul mieux que lui veut nous faire sentir comment faire de nécessité vertu martiale. Le signe d’un véritable Maître est toujours le sentiment d’un apprentissage qui dépasse le Dojang.
En position de combat, en mouvement, il teste dans l’endurance notre rapidité, notre capacité à réagir au signal d’une direction d’où pourrait surgir un adversaire. Il s’agit à la fois de maintenir le rythme du souffle, de maîtriser la technique de défense malgré l’incertitude de la provenance et la cadence des déplacements.
Cette première phase « cardio » se poursuit par des exercices d’endurance. A la suite de quoi nous sommes enfin assez vigilants pour entrer dans le détail de l’éducation stratégique.
Une série de mouvements de base propres au Soo Bahk Do, dans une recherche de fluidité issue du principe constant du contraste « sincheui sinchuk » (tension/décontraction), fait le point sur les ajustements à effectuer dans notre pratique quotidienne.
Puis, vient le moment des « secrets », des petits trucs qui forment le trésor de chaque Maître, délivré avec parcimonie en fonction de l’engagement généreux ou pas des disciples dans leur effort pour apprendre. Et c’est bien en raison d’une avidité vaillante d’assimilation martiale que nous nous sommes choisis comme Maître et disciples.
Les techniques sont toujours expliquées dans leur potentiel d’application et, avec Maître Zouraris, il n’est pas question d’abaisser la conscience du danger ; nous devons pratiquer avec l’idée du couperet d’un sabre, la qualité « sous peine de mort ». Certaines techniques constituent donc, dans la connaissance de leurs effets et combinaisons, de véritables bijoux de guerre. Par exemple, celles qui, dans un combat, surprendraient l’adversaire pour une double attaque, notamment pied/poing simultanément et en miroir.
Nous avons ensuite perfectionné les gestes « adhérents » des combinaisons avec clés et fauchages. Rester proche de son adversaire assure un contact gagnant, coller pour devenir soi-même une arme, nulle défaillance ne vient alors déliter le bloc formé.
Nous finissons par le travail des combats imaginaires, les Hyungs. C’est encore l’occasion de modifier d’incroyables détails, l’infiniment ténu produit incontestablement de macro changements.

                        Groupe_poing


Une journée d’initiation et de démonstration à la cité U

14 h - samedi 17 janvier, Paris XIVe

Nous avons rendez-vous à la Maison du Mexique pour y présenter notre art martial en invitant le public à participer à une initiation puis à assister à une démonstration sous la conduite de notre invité : Maître Zouraris.
Nous avons pu nous aguerrir à travers les exercices favoris du Maître, le défi du face-à-face  et le réalisme des applications.
Ainsi, chacun a reçu son comptant de baffes, pas assez rapide pour esquiver les frappes du Maître : « est-ce moi qui suis trop rapide ou toi qui es trop lent ? ». Chacun fait le point sur sa concentration et cela pose, outre la question du kairos (le moment opportun), celui de la garde. En effet, il nous apprend à réagir spontanément en fonction de l’agresseur. Dans le tumulte du quotidien, nous perdons l’acuité de ce discernement.
Dans le cadre de ces exercices de réaction appropriée et rapide, nous avons vu quelques techniques de « mise à mort » en combat où la rapidité de la réaction, notamment les rotations avec coup de pied, permettaient l’empalement de l’adversaire en une seule frappe.

Cit_Cit_2

La deuxième partie de l’après-midi a laissé place à la démonstration proprement dite. René et Stéphanie ont présenté en alternance l’ensemble des coups des pieds du SBD, puis des exemples de dégagements en cas de saisie. Ils ont ensuite utilisé des combinaisons apprises au fur et à mesure de nos rencontres avec différents Maîtres et qui ont enrichi les mouvements de base. Pour finir leur cycle, ils ont également présenté ensemble « Tando hyung », une forme au couteau. Notre instructeur Fabrice a, à son tour, montré une forme, « E sip sabo hyung » (« Nijushiho » en japonais) qui signifie les « 20 pas », tout comme Mélina, l’élève grecque de Maître Zouraris qui a choisi, elle, « Passaï ». Formes d’inspiration japonaise pour lesquelles le Maître a une prédilection.
L’ensemble des pratiquants ont ensuite participé à la démonstration par l’improvisation de combats.

D_mo

20h - Mouffetard, Paris Ve

La soirée s’est terminée, comme il se devait, dans une ambiance grecque pour se réchauffer tout à fait le cœur. Au programme du guerrier : souvlaki crétois ! La technique du souvlaki est une grande spécialité Zourarienne ! Et bien Yamas à l’ouzo, kali orexi avec pikilia, moussaka pour les amateurs et kokkino krasi à gogo. Nikos n’a pas résisté, en fin de soirée, à l’appel du bouzouki et il est allé accompagner les musiciens en poussant la chansonnette.

ChanteursNikos_chanteur

" Quand tu bois à la taverne" (Tsitsanis)

Quand tu bois à la taverne, tu restes assis sans rien dire.
De temps à autre tu soupires du fond de ton coeur.

J'aimerais te demander, pour satisfaire ma curiosité,
Quel est le chagrin qui t'a rendu si mélancolique ?

Peut-être as-tu aimé et as-tu été trompé ?
Allez, viens t'asseoir avec nous : on passera un bon moment ensemble.


Soir_echanson

« A good picture »

Dimanche, 9h - Paris Ve, Ortolan

Evidemment, pas question de faire la grasse matinée le lendemain matin et dès 9h nous reprenions le chemin du Dojang. Travail axé sur le perfectionnement des Hyungs pour les gradés et techniques de fauchage retourné pour les ceintures de couleurs.
Des précisions protocolaires ont aussi été l’occasion d’expliquer la nécessité du respect de la discipline, ce qui reste une exigence majeure de notre école.
 
Groupe

Avant de voir repartir Maître Zouraris jusqu’à l’été prochain où nous irons le retrouver en Grèce, nous nous dépêchons de prendre des photos du groupe avec lui. C’est l’occasion pour lui de nous glisser une de ces règles de vie qu’il aime à partager avec ses amis. Alors que le groupe se précipitait vers la sortie, il nous a donné une leçon de beauté. Ne jamais quitter les autres avec les gestes brouillons de qui ne se soucie pas du dernier regard mais au contraire penser à l’image qui va rester, celle qui va persister dans les traces de l’absent. Saluer sans précipitation et prendre congé dignement. Penser à la beauté de la dernière image.


Zeus



Posté par rren01 à 19:21 - Permalien [#]